Un week-end presque comme les autres-2…

Le living-sextoy d’Éloïse

L’un des objectif du week-end est que notre Michelle soit en mode « Porcinette » quelque soient les circonstance. Chez notre amie, cela ne pose pas de problème, sa maison étant située en bordure d’une immense plage de plusieurs kilomètres. Y exposer Michelle n’a jamais été un souci. Mais pour le trajet à travers autoroutes et petites routes, c’est moins évident pour les pauses. Pas question d’aller au restaurant 😉
C’est donc à chaque fois un nouveau défi excitant à souhait, l’occasion de quelques frissons et de joyeuses rigolades. Il s’ agit que Michelle, reste elle même, la reine des cochonne un exemple de salope. J’avoue que sans Caroline, je renoncerait à ce jeux, mais pour elle, il est essentiel que sont mari cache jamais ce qu’il est.
Pour la mi-journée, nous sommes sortis de l’autoroute, et nous arrêtons sur le côté le la petite route qui nous conduira en fin de journée chez Gabriella. C’est un lieu aménagé mais visiblement à l’abandon. La table en bois et les deux banc sont en mauvais état, mais l’endroit est parfait pour sortir en toute liberté notre truie. En partie caché par le monospace, les voitures débouchant au détour du virage n’auront guère le temps de voir grand chose, suffisamment quand même pour que les passager aperçoivent Michelle en jupette sexy. Sera t’il évident pour eux que ce n’est pas un mâle, mais une femelle ?
Je propose à Éloïse et Caroline d’essayer une petite nouveauté. Il s’agit d’une petite parure métallique assorti à son harnais, que Michelle portera comme un soutient gorge. les seins sont non seulement mis en valeur, mais les tétons exposés à travers les orifices aménagés peuvent être étirés grâce à deux petites pinces au bout de deux ressorts. J’ai décidé que j’avais trop longtemps négligé c’était une partie de l’anatomie de mon esclave, et qu’il était temps de faire en sorte que les tétons de Michelle soit digne de ceux d’une femelle.
— Tu veux t’en occuper Éloïse ?
–Heu, ben …oui…
–cHabille la comme il te plaît !
Habiller Michelle est un lapsus, bien-sûr. Il s’agit au contraire d’exposer et mettre en valeur pis, mamelles et croupe.
C’est une vrai gamine. Elle s’ occupe de Michelle comme si c’était une poupée. Elle sort de la voiture emmenant notre cochonne par la main, délicieusement insouciante.
— Je vais arranger ta jupe…
Cette jupe ultra courte est un création sur mesure, dont le seul point du cahier des charges, si l’on peut dire ainsi, était de faire porter à mon chéri le vêtement le plus humiliant qu’il soit. J’avoue que c’est assez réussi ! fendue devant et derrière, elle peut être aussi sage qu’une mini jupe peut l’être, ou au contraire adorablement coquine.
Éloïse relève les pans de la jupe et les accroche. De cette manière, seules les hanches, le haut des fesses et le ventre sont cachés.
— Oh, ce que tu es belle, ton petit cul à l’air…attend…
Après avoir caresser la croupe de Michelle, Éloïse lui administre une longue série de claque sonore .
— Ah, je savais bien que quelque-chose n’allait pas. Quitte à me montrer ton cul, autant qu’il soit présentable…le voilà rose comme celui d’une truie!
Caroline et moi sommes plein d’admiration en voyant notre cochonne si heureuse de se montrer docile. Nous sommes assises, et nous régalons du spectacle en dégustant un verre de rosé.
— Tu sais Michelle, montrer ses fesses, c’est bien, mais quitte à faire, ce serait bien que tu montre que tu es un enculé.
— Je peu le goder, Alice?
— Bien sur
Éloïse ne se fait pas prier. Elle est déjà à fouiller dans la valise.
— Michelle, un gros ou un petit ?
— Elle aime les gros, n’est-ce pas chérie ?
–Oui Éloïse, s’il te plaît…rempli moi avec le gros…s’il te plaît !
–D’accord, je vais te remplir, et même te dilater ,hi,hi, mais tourne toi que vois comment c’est devant… … …et ben! Ça t’excite tant que ça pour bander et mouille de la sorte?
— Hum… Faire la salope…pour toi…
— Je ne crois pas que tu fasse la salope, je crois plutôt que c’est ta nature, ta tetine est toute mouillée ! tu peux te caresser tu sais, je te trouve un peu timide pour une pute.Tu m’as déjà montré de quoi tu es capable. Prend ta queue!
Elle est déchaînée Éloïse, sa main s’affaire sous sa jupe. Elle ne résiste pas à la tentation et gober la bite de mon esclave.
— Méfie toi chérie, elle est sur le point de gicler.
— Je ne vais pas lui laisser se plaisir! Elle est bonne ma bouche?
— Oh, s’il te plaît suce moi encore,s’il te plaît !
— Écoute, ta mouille est un véritable miel et j’aimerai goûter ton lait, mais tu vois, il y à du monde qui t’attend et tes maîtresses veulent montrer comment tu gicle après avoir été excitée, et de vider devant elles.
— Mais oui Michelle, tu dois encore remplir tes mamelles. Je veux présenter ma truie bien pleine, et tu sais, à partir de ce soir, nous te ferons gicler les une après les autres, sans cesse. Crois moi,tu demandera grâce!
Après un dernier coup de langue, Éloïse se résout a recracher la queue de Michelle…

Posted in Alice raconte.
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Discussions
Voir tout les commentaires...
6969gala
6969gala
1 année il y a

Avoir été présent, j’aurais été jaloux d’Éloïse pendant qu’elle se délecte de la queue de votre truie.
Et que de savants jeux pour garder Michelle en perpétuelle érection devant vous mesdames.
Quel beau spectacle pour vous et humiliant (??? jouissif) pour Michelle.