Séduction…

Lui plaire…

Nous sommes arrivés en début de soirée. J’ai préféré acheter ce qu’il faut pour notre dîner plutôt que d’habiller Michelel comme un singe pour aller au restaurant. J’ai de plus en plus de mal avec l’idée de la voir s’habiller « normalement ». Les périodes de la semaine ou Michelle doit se déguiser en homme civilisé me sont insupportable!
Nous sommes tous les deux fatigué et nous glissons sous les draps après une longue et délicieuse conversation avec Caroline.
Je l’ai équipé pour la nuit. Harnai, plug, anneaux. Je ne porte moi, qu’une petite nuisette. Il n’en peut plus de bander, mon, esclave !
Dans le lit, la nuit, nos corps se touche, se mêlent, s’épousent.
Dans le lit, la nuit, tout est permi.
Caroline, Michelle Alice.

Je m’endore en cinq minutes, et suis réveillée au petit matin par l’odeur du café frais. Michelle à ouvert la porte qui donne sur la terrasse, a posé les tasses sur le guéridon. Quand elle voit que je suis réveillée, elle s’approche et me demande si j’ai bien dormi, pose un baiser délicat sur ma bouche. Je lui répond que oui.
Le soleil est chaud. je fais glisser ma chemise, un peu pour la douceur de cette chaleur sur ma peau, et un peu pour offrir le plaisir de ma nudité à Michelle.
Le café est bon. Michel attend debout que je le déguste. Elle est belle mon esclave, en cochonne, la queue déjà dressée perlée de plaisir, les couilles allongée entre ses cuisses. Je lui demande:

-Je te plais ?

Question stupide, il suffit de voir son excitation !

-Tu es belle, me déclare t’elle pleine de désir.
-Alors masturbe toi , s’il te plait

Ma Porcinette commence à se branler.

-C’est bon d’être ta cochonne, tu sais, Alice…
-Et bien, tu vas devoir me le montrer tout ces jours. Prend ton café, après , tu auras droit à ta petite gaterie..

Il y à un grand verre sur le guéridon. Quand mon esclave à fini de boire son café, j’y vide ma vessie. C’est une habitude que Caroline à pri depuis longtemps, toujours après le café pour que Michelle garde longtemps en bouche le goût de ses maîtresses.

-Elle est à ton goût ?
-Hum, délicieuse !

Porcinette se délecte de ma pisse qu’il trouve douce et délicate …
Elie la boit par petite gorgée, puis me demande si elle peut en avoir encore un peu. Je finit de me soulager. Elle est aux anges, en verse un peu au creux de sa main, puis l’étale en se caressant le ventre et les seins, avant de reprendre sa masturbation.

– Je vais prendre ma douche. Après, je m’occupe de ta toilette.

Avant de me laver, je lui demande d’utilider sa langue pour me nettoyer. Ma position sur la chaise longue est obscène, mais c’est la seule qui lui permette d’accéder comme il faut à mon intimité pour que Michelle se délecte de mes souillures. Je suis sur le point de prende du plaisir, mais m’y refuse.
Je débarrasse mon esclave de son harnai et de son plug.

-Travaille toi au pal pendant se temps, et rempli bien tes couille. Dans quelques jours, il va falloir montrer à tous quel bon bon producteur tu es !

J’ai mis une petite jupe blanche légère et courte, une petite culotte, blanche également, en coton. Pour le haut,un simple chemisier… blanc !
Une touche de parfum, et j’ai pri le temps de m’ épiler, sans ne rien laisser au hasard. Nous sommes tous pour la disparition totale de ces intrus que sont les poiles.
Oui, je veux être désirable, pour faire bander Michelle et la maintenir exciter, mais aussi et simplement parce que j’aime lui faire plaisir. Elle me donne, ou plutôt se donne tellement, si gentiment, avec sa bonne humeure permanente, déconcertante, que je me dois également de lui offrir cettre contrepartie .
Et pour Caroline, aussi.

-Alors ?

Je me présente devant lui comme un modèle proposant une nouvelle collection, me tourne, retoune pour fair voler pa jupe et lui faire découvrir ma culotte…

-Oh Alice ! ce contente t’elle de dire.

Je me retrousse, pour me faire admirer, fait sauter la moitié des boutons de mon chemisier pour laisser s’échapper en partie mes seins qui ne demande qu’à sortir complètement.
Michel est figé, bouche bé…

-Continu de te masturber mon petit cochon…

Je m’ approche, prend sa main de libre, et pose délicatement le bout de son index sur ma culotte, le fait glisser jusqu’à ma fente…

-Alice, tu es douce… et mouillée…

Posted in Alice raconte.
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Discussions
Voir tout les commentaires...
gala6969
gala6969
1 année il y a

Que d’amour et de sensualité dans ce récit.
Et Michelle qui a droit a un tel spectacle.
Vous vous complétez bien, vous, Caroline et Michelle.
Et j’ai bandé immédiatement à imaginer votre très cher animal en train de vous nettoyer dans une position obscène.
Moi qui suis bi et très oral, ce passage m’excite beaucoup.

Merci pour votre récit, détaillé, explicite et si bien écrit.
Un véritable orgasme cérébral.

sybaritefr
sybaritefr
1 année il y a

Mademoiselle
Le dressage de cette salope de Michelle est absolument remarquable.
Vous avez raison de limiter au maximum ses sorties dans le monde vanille, cette salope doit vivre nu(e) le plus souvent.
Respectueusement
Sybarite

Alice
Alice
Réponse à   sybaritefr
1 année il y a

Bonjour,
Merci pour le compliment.
Effectivement, c’est privée d’intimité qu’elle est heureuse, à plus forte raison quand elle doit se rendre disponible pour nous amuser 😉

nada
nada
7 mois il y a

Les rencontres sont parfois fortuites et les plaisirs pris sont rapides et furtifs. Puis un jour au détours d’une soirée, le couple se forme, puis le trio et la vie devient alors un doux moment qui se prolonge même quand l’extérieur rattrape. Vous vivez et Vous nous offrez le plaisir de ces moments délicieux, merci de Votre générosité.