Prise

Présentée à Éloïse…

Ses mains sur mes hanches, douce , caressantes, attentives.
Ferment et savantes, ses doigts de magicienne qui glissent entre mes cuisses, et commencent à explorer mon entre jambe à travers le fin tissu de ma culotte avant de glisser sous l’élastique, et sa petite voix amusée :
-Oh, tu es toute mouillée, on va l’enlever !
Elle est assise par terre mon Alice, et moi, entre ses jambes, le dos contre sa poitrine.
Elle me fait levé, et me déculotte lentement. À travers la fente de mes paupières entr-ouvertes, je devinne cette dizaine de visages qui me font face. Je leur souris, et je suis avec eux, spectateur de mon propre corps qu’Alice dénudé. Je vois mon pis dressé jaillire de la culotte, puis mes sacs lourds, s’allonger entre mes cuisses. Elle les pose dans sa main qui ne peut les contenir complètement, pour les présentera, fièrement, à ses amies.
-La petite truie est pleine, rigole t’elle.
Du bout des doigts, elle présente à toutes et à tous ma culotte pisseuse. La honte m’envahit, délicieusement..
-Regardez moi cette culotte! Dit elle en la voyant dégouliner.
Ambiance bonne humeur. Cette après midi là, Alice à décider de me faire gicler à sa manière devant une nouvelle venue, Éloïse, curieuse de rejoindre notre réseau.
-Oh, Michelle !
Puis elle s’adresse à la jeune femme:
-Tu n’imaginais pas que ça la ferait bander comme ça d’être exposée devant toi, je te présente Michelle notre bonne pute!
Elle me demande de me rassoir entre ses jambe, pause ses mains à l’intérieur de mes cuisses, et les pousse doucement.
-Ouvre toi, je veux qu’elle voit les moindre détails de tes mamelles, et qu’elles s’amusent de ton pis tout mouillé. Elle doit tout savoir de ton intimité, et surtout le plaisir que tu as d’être ainsi humiliée.
Alice joue longuement avec mes couilles, les pétrissant, s’appliquant à séparer chaque boule, les faisant rouler entre ses doigts pour en montrer leur qualité, leur souplesse, puis les faisant valser de quelques claques… Je ne suis un simple objet de consommation dont on fait l’article pour en venter les qualités. Mon utilité n’est que distraire et amuser .
-Tu vois Éloïse, ses couille sont très souple, mais les boules sont durs et fermes. Tu veux te rendre compte?
Caroline tend une paire de gants en latex.
-Ilest sale, tu sais…
La filles souri, s’approche et s’agenouille entre mes cuisse.

Posted in Michelle raconte.
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Discussions
Voir tout les commentaires...
Gaetan Lavoie
Gaetan Lavoie
1 année il y a

J’attend avec impatience la suite mesdames.
Je suis aussi bandé que cette porcinette.
L’imaginer ainsi exposée à tous ces regards, disponible à tous les traitements humiliants et avilissants possible, les recherchant, les désirant même. Cette soumission m’excite énormément.
Plusieurs mâles aimeraient être à sa place mais moi, c’est cette soumission, ce total abandon de Michelle qui me fait bander.
Avoir Michelle entre mes mains, l’utiliser comme un jouet, une chose dédié à la réalisation de mes fantasmes les plus secrets, voila ce qui m’attire chez votre animal de compagnie.

Bravo à vous mesdames

didier
1 année il y a

A la place de Michelle, je ne serai pas où me mettre à etre exposé devant vos amies,mêmes au nouvelles. Jambes ecartées laissant suinté mon pie. Elles doivent sourire de la situation.
Je sais que Michelle aime etre humilier par vous Alice et Caroline. Que vous prenez soin d’elle pour satisfaire cette envie.
Ses mamelles toujours pleines prête a etre prise…..

Alice
Alice
Réponse à   didier
1 année il y a

Oui, la bonne humeur est de mise. Rires, moqueries, etc, c’est exactement ce que nous cherchons. Mais Michelle aussi est tout sourire 😉

janus595
janus595
1 année il y a

Récit très excitant et qui me semble décrire parfaitement l’état d’esprit de cette soumission si délicieuse. Cela illustre parfaitement ce qu’est un mâle béta, dont la queue, les couilles, soit le pis et les mamelles sont à disposition et doivent être manipulés comme on peut le faire pour un animal.
La personne soumise doit jouir de sa dégradation en esclave, du « ridicule » de sa situation, de ses postures, de perdre tout droit à la pudeur, à tout contrôle… Et bien sûr des moqueries, complices…