L’arène

Chapitre 1
La surprise


Surpise

-Celle ci… Ou celle ci ?
Séance d’essayage devant le grand miroir du salon. Nous avons sorti toute ma garde robe « sexy ». Il s’agit de choisir ma tenue.
-Court, mais pas trop?
Éloïse est toute excitée. Elle dégrafe ma jupe m’en enfile une autre.
-Michelle, tu la préfère comment ?
-Nue !
Rigolade
-Oh la Menteuse tu me dis toujours que tu m’aime en mini jupe !
-Et toi Caroline ?
-Je crois qu’on va mettre celle ci, le rouge te va bien chérie et on verra ta culotte. À propos de culotte, j’ai ma petite idée…Est-ce que tu me laisse le choix ?
-Oh, Caroline, oui, oui, oui !
Je tombe dans ses bras, les larmes au bord des yeux
Ce soir…
Il y à une heure, j’ignorais que c’était pour de ce soir. À la suite de ce sacré week-end de l’été dernier, Je savais qu’il se préparait quelque chose, ce n’était pas une surprise. Être exposée comme une poupée de plaisir, « en public » montrer les secrets de ma libido intime…. Qui mieux que Caroline aurait pu le faire? Depuis ces quelques mois, je n’ai pensé qu’à cette soirée qui approchait. Durant toute ces journée d’hiver, nous avons joués. je demandait à Caroline de me faire jouir, devant Michel qui me regardait en se masturbant. Combien de fois suis je allé trouver mon esclave pour lui demander qu’il gicle sur mon ventre, pas n’importe ou, en dessous de mon nombril, pour que avoir le plaisir de son sperme chaud coulant sur mon pubis, puis caressant mon clitoris pour finalement venir inonder le fond de ma culotte. Et ma Caroline, venant de temps en temps écarter l’élastique de mon slip et m’encourager: « tu es trempée chérie, tu veux jouir ? » moi, tout sourire ne sachant que dire « oui »…
-Et bien tu n’auras pas de culotte, enfin, pas au début…
Je proteste, elle pose son doigts sur mes lèvres :
-Chuuuut, fais moi confiance !
Vu la jupe ultra courte que nous avons choisi, cela veux dire ma fente, et mon cul seront exposés d’emblée… Pour le reste… chemisier un peu transparent laissant deviner mon soutient gorge rouge également. Pour un soutien gorge, on peut dire qu’il porte bien son nom, car ouvert, il ne fait que soutenir mes seins, mettant en valeur leurs pointes percée décorées de deux fleurs en argent et or… Quand je monte dans la voiture, je suis dans la peau d’une pute selon les code et fantasmes masculin qui veulent que les femmes soit pute ou salope, fantasme que j’accepte, pour ce soir hein !
Je serais donc l’une ou l’autre. Ma préférence irait du côté de la salope. Je préfère réserver celui de pute à mon merveilleux esclave. Je suis sa maîtresse avant tout.
Je vais me livrer comme toi Michelle. Grâce à toi, grâce à Caroline, je deviens moi, et j’aime la femme libre que je suis désormais. Mon ventre me fait mal. Déjà il réclame le plaisir. J’abandonne tout contrôle, me laisse aller a l’excitation qui s’empare de moi. Les surprises… Je suis impatiente de les découvrir !
Éloïse conduit, je suis derrière, serrée entre Caroline et Michelle qui à glissé sa main entre mes cuisses et me caresse. Elle est nue, son pis dressé comme un étendard, les couilles prisonnières d’un lourd anneaux et elle aussi pluguée. Caroline est si sexy ! habillée à peine plus long que moi, les seins nus derrière sa chemise à moitié ouverte. Nos bouches se mélange, et nous savourons nos salives que nous partageons avec Michel.
-Tu es prête ?
-Oui, enfin je crois.
-Tu ne fera que ce que tu as envie. Moi et moi seule te guiderait. Que mes mains, celles de Michelle et celles d’Éloïse. Mais si tu veux plus…
« Si tu veux plus… »
-Non, non, que vous… enfin, je sais pas…
Il y a toujours cette barrière, et je tiens à la garder… Je crois et ne suis certaine de rien.
-Nous arrivons, voilà la première surprise !
Caroline me montre un morceau de tissu noir. J’ai reconnu le grand sac qu’elle a posé sur ses genoux quand elle s’est installée à côté de moi, celui rempli d’accessoire qui me suit partout quand nous sortons Michelle. Ce soir, peut être sera t’il à disposition pour mon esclave, mas je sais qu’il m’est avant tout destiné.
-Je vais te bander les yeux chérie, ça te va ?
-Oui Caroline, tout me va. Ne t’inquiète pas!
-Je veux faire un sans faute, que ce soir, tu sois la reine !
Le moteur s’arrête, et mon cœur s’emballe. Je connais enfin notre destination: Les sous-sols du petit château de Rose Pierre. Château est un grand non, il s’agit d’une vielle demeure bourgeoise, appartenant à une amie, ou nous avons déjà organisé quelques fêtes en l’honneur de Michel. Le cadre ne peut être plus idéal!
Caroline installe le bandeau sur mes yeux. Dehors, il fait froid, la brise légère soulève ma jupe. J’imagine mon indécence, le vent léger en glissant entre mes cuisses humide ne me laisse pas de doute sur mon état. Caroline enfile mon manteau, le ferme… Éloïse tient Michelle en laisse par les couilles. Quelle drôle de troupe formons nous !
-Michelle approche mon bel esclave. Ce soir, c’est Éloïse qui va jouer avec toi, mais nous allons aussi jouer ensemble. Je suis à genoux, glisse mes mains sous son manteau jusqu’à ce que ces hanches viennent toucher mes doigts.
-Viens !
J’ouvre ma bouche, et il glisse doucement sa queue entre l’écrin de mes lèvres. C’est cela les délices d’Alice, sucer Michelle et la faire mouiller, mouiller, mouiller…
-Elle est belle et tellement bonne ta bite ! tu sais qu’il t’est interdit de jouir, gicler mais sans plaisir, n’oublie pas !
Caroline me prends par la main, me relève.
-On va baisser un peu ta jupette chérie, histoire que tu n’en montre pas trop, enfin, pas tout de suite..voilà… On y va ?
-On y va !

Dans l’arène

Je serre tellement fort la main de ma chérie, qu’elle me glisse à l’oreille : « prends soins de ma main chérie, tu vas en avoir besoins ! ». Je suis incapable d’imaginer à quoi je ressemble habillée avec ce manteau que je porte pour la première fois.
-Magnifique, tu es… Magnifique. Personne ne pourrait imaginer ce que tu cache sous ton manteau !
Les portes qui s’ouvrent, des voix se taisent…
-Bonjour Alice, tu es tout à fait ravissante !
-Sophie, tu es là, je suis contente!
-Venez, tout le monde vous attend !
Un couloir ou les pas résonnent, une autre porte et un brouhaha de voix qui soudain fait place aux applaudissements. Caroline lit dans mes pensées. Je me dis que c’est forcement pour Michelle, et au même moment elle me glisse à l’oreille :
-Tu va être au centre, dans l’arène. Les applaudissements, c’est pour toi Alice.
-Je dois être toute rouge, ça ce voit ?
-Impossible de ne pas le voir, mais ça te va si bien!
J’entends le crépitement d’une cheminée je sens le chaleur sur mon visage. Le souffle chaud de ma chérie contre mon oreille….
-Je vais te présenter d’accord ? beaucoup ne te connaissent pas. Il sont plus de trente, assis tout autour de nous, venus pour te voir, toi…
-Oh Caroline, ne me demande pas, tu sais ce que j’ai envie, et je sais aussi que tu fera ce qu’il faut pour que j’aille au-delà !
Elle me souffle à l’oreille :
-Alors si on veut te toucher, j’aimerais que tu te laisse faire…
C’est horrible. Je sens mon jus couler à l’intérieur de mes cuisses… c’est justement le moment que Caroline choisi pour ouvrir mon manteau !
-Elle s’appelle Alice, vous le savez, elle est la maîtresse de Michelle, et ce soir, elle vient vous montrer ce qu’elle sait faire.
C’est clair et direct !
-Enlève ton manteau…. Voilà… Tourne… Montre ta croupe… Tu portes quelque chose dessous ta jupe ?
À cette question, j’ai compris que ma chérie voulait que je parles de moi.
-Non, j’ai pas de culotte…
Rigolade générale
-On va lui en mettre une, une toute propre… Chérie, je vais te guider pour que tu la montre en demandant à chacune et chacun de vérifier si elle est bien propre.
Et c’est ainsi que je commence ma première ronde. Ma culotte passe de mains en mains, pour être examinée. Le blanc est parfait ! Quelque unes s’aventurent timidement sur mes cuisses, mais rien de plus. Retour au centre. Caroline me culotte, prend le temps de la disposer comme j’aime, moulée sur ma fente, remonte ma jupe et déclare :
-Elle adore montrer sa culotte !
Rigolade…
Les doigts de ma chérie glisse sur mon chemisier, qu’elle déboutonne lentement avant de l’ôter.
-Viens on va montrer tes tétines!
Serrés dans leurs bijoux, j’ai l’impression qu’elles ont doublé de volume. Je regarde mes bouts, ils sont dressés, gonflés…
-Ça me ferait drôlement plaisir si tu demandais qu’on les caresses…
Et c’est reparti pour une ronde à réclamer aux uns et aux autres: « s’il vous plaît, toucher mes rétines… Elles vous plaisent ? »
Les doigts se suivent, certain doux, d’autres vicieux…d’autres mains me pelotent carrément les seins qui sont maintenant complètement sorti du soutien gorge. Je serre les cuisses, me mord la lèvre… Je ne vais pas tenir longtemps…. j’ai envie…
Retour au centre de l’arène.
Ses mains sur ma nuque, délicates et caressantes… Le foulard qui glisse…… Je souris, bêtement à cette assemblée que je découvre et lâche un ridicule « bonjour » qui déclenche les rires. Il y à beaucoup de soumis , nus qui se masturbent à côté de leur maîtresses… J’en connais quelques uns. Je redoutais ce moment, et maintenant, j’ai envie de me lâcher. Ma main s’aventure sur ma culotte… Je suis trempée !
-Je suis déjà mouillée, vous voulez voir ma culotte?
Voilà, j’avais dit à Michelle et Caroline: « que vos mains » et voilà que maintenant j’ai envie leurs ! Je savais bien que je serait incapable de tenir mes promesses des que le plaisir s’emparerait de mon ventre. Je lève ma jupe et demande:
-Suis-je mouillée ?
Et leur réponses me comblent de bonheur, comme toi ma Caroline, à une époque ou tu aurais été à ma place. Salope, pute, chienne, cochonne j’ai droit à tout les compliments, tout est bon pour moi, et ce soir, je revendique ces qualificatifs qui habituellement sont adressés à mon esclave.
C’est vrai qu’à la maison, c’est différent. Quand je fais les mêmes chose, on m’appelle tout simplement « ma petite cochonne » accompagnée d’une tape sur les fesses, d’un baiser et nos regards parlent tout seuls.
Des doigts se faufilent sous l’élastique de mon slip, Caroline intervient:
-On ne la déculotte pas encore. Tu vas juste la baisser dessous tes fesses chérie pour montrer ce qu’elles cachent. Pour ta fente, sera plus tard…voilà…… parfait !
-Caroline, s’il te plaît j,’aimerais être souillée, qu’ on regarde mon…
-Patience chérie, tu vas l’être et ta moule sera examinée, en détail ! Met toi à quatre patte, tu va aller les voir les un après les autres, tu te mettra chaque fois en levrette, comme tu le fais pour nous à la maison, et tu remuera ton cul pour leur montrer que t’es en chaleur, d’accord?
-Oui, tu peux leur dire ?
Elle me souri.
-Alice est un peu timide, elle veux que vous sachiez qu’elle est en chaleur. Elle va vous présenter son trou du cul. Allez, vas jouer chérie !

Remplie

Ma chérie fait une rapide démonstration. Le plug que je porte est une merveille de plaisir une fois en place. Vraiment gros, il est assez facile à mettre, mais compliqué à retirer. C’est le jeux à la maison. Michelle à le même et tout au long de la journée, nous les échangeons. Porté le siens, avec ses odeurs… Hummmm, divin !
J’ écarte mes fesses, serre mon anneau pour essayer de le retenir…. Il sort d’un coup. Caroline le brandit comme un trophée.
-Regardez ce que la Maîtresse de Michel aime porter entre ses fesses !
-Cochonne, tu aime ça !
-Oh oui, Caroline tu peux le remettre s’il te plaît ?
-Vous voyez, je ne sais pas comment est sa chatte, mais elle mouille du cul. Ça rentre comme dans du beurre, hi, hi, hi.
-Salope, tu aime te faire enculer, regarde la queue de mon esclave, tu la veux ?
Je suis si troublé que je suis incapable de répondre. Pourtant, mes reins se creuses, je tends mon cul….
Jusqu’où ?
Je n’ai jamais été attiré par les attributs masculin. Les hommes, je les aimes soumis, féminin, dociles. J’aime les filles, celles qui sont douces. Mais Michelle est un trésor. Je peux jouer des heures, des jours avec elle, j’aime tout de lui, prendre sa jolie queue dans sa bouche pour en extraire sa semence est un plaisir indescriptible. C’est vrai que dans nos jeux, il y à celui du goût. Il nous arrive de faire des soirées « dégustation ». Nous évaluons la qualité de son sperme en fonction des tisanes que nous buvons dans l’après midi. Nous en avons déduit que le goût est la conséquence de que nous buvons et mangeons. En évitant l’alcool, la bière et en limitant la viande, Michel nous offre un jus doux et délicat. Rien d’ écœurant. Il en est de même pour l’ urine.
-Regarde ces jeunes mâles chérie, comme ils bande pour toi !
C’est vrai qu’ils sont beaux avec leurs longues tiges qui me saluent. Pas aussi beau que Michelle, mais je vois que Caroline à fait le tri. Il sont, disons, dans mes goût et visiblement ils aiment se branler…
Caroline intervient:
Il est beau ton mâle, Aline, mais qu’il continu à remplir ses couilles, on aura besoin de lui bientôt…
Je n’ai aucune idée du temps qu’a durée cette ronde. Je ne sais pas ce que j’ai fait, mais tout à coup ils se sont tous mis à rire et du coup, ça ma complètement décomplexée. Je me suis mise à rigoler à la moindre occasion, et une certaine complicité commence à s’installer.
On m’appelle à droite, à gauche… Je ne sais plus ou donne du cul ;). Mon trou s’ouvre, se ferme, mon plug passe de main en main, mais pas que lui…le jeux est devenu de savoir laquelle réussira à le placer comme il faut, enfoncé sur le bord de mon œillet, dans sa plus grande largeur, et que j’arrive à le garder sans qu’il ne tombe ou qu’il ne prenne sa place à l’intérieur. Ce qui les amusent, c’est de me fait marcher à quatre pattes, jusqu’à ce qu’il tombe par terre.
-S’il tombe, c’est que tu as perdu, chérie. Il faut que tu le ramène à celle qui te la placer et que tu lui présente à nouveau ton cul……
Caroline s’agenouille, approche ses lèvres de mon oreille, et tout en caressant ma croupe me chuchote :
-Je crois que tu as envie de faire fouiller ton trou… tu veux qu’elles jouent encore avec ?
-Oh Caroline, tu me demande si j’ai envie, on vient à peine de commencer !
-Retourne y vite !
-Chérie, je n’ai pas encore joui… j’en peu plus ! est-ce que je suis mouillée ?
-Ça, pas besoins de toucher, ça ce voit sur ta culotte. Patience, on va bientôt s’occuper de ta chatte !
Je suis comme une gamine qui préfère continuer à jouer, plutôt que de faire ses devoirs. Le pire, c’est que je m’amuse. Je ne joue pas un personnage de salope, je l’incarne.
Je retourne récupérer le plug sans savoir à qui il revient, et le tend en l’air.
-À qui ?
C’est Aline qui le récupère. Je me retourne et me claque les fesses en espérant être comprise… Pour être comprise, je le suis. Ils vienne à trois pour me fesser ! J’entend Caroline dire tout bas: « doucement elle à la peau fragile »….
Caroline, ma perle !
Je tortille tellement ma croupe que j’en ai mal au reins. Je suis aux anges. On me palpe, on me flatte, ça n’en finit pas. Je suis adict à la sodomie. À part les fouilles profondes dans ma chatte, les pénétration vaginales, bof, mais dans mon trou du cul, hummm… Comme Michelle ! Seulement il est capricieux mon cul. Il y à des jours ou il en veux tellement qu’on à du mal à le satisfaire, et d’autre ou il doit se contenter d’une présence discrète. Par chance, aujourd’hui, il est en grande forme 😉
Entre deux tour, je vais voir Éloïse et Michel qui, consencieux, fait ses montée de jus les une après les autres, entre les mains de la jeune fille.
-Tu me la prête ?
Je n’attend pas sa réponse.
-Rassure toi, je vais te la rendre. J’ai oublié de te dire Éloïse , Je te ferais fouetter tout à l’heure, c’est le prix à payer pour avoir à disposition mon bel esclave.
-Fouettée ? hum oui, bien sur Alice. Je voulais te dire… tu es..tellement… désirable !
Je l’embrasse puis emmène Michelle dans le cercle, me met à genoux et gobe son pis.
-Tu as vu tout ses mâles ? ils sont pour toi, tout à l’heure on jouera tout les deux.
-J’ai hâte !
-En attendant, regarde ta maîtresse s’amuser, et bande! je te plaît ?
-Alice, tu es incroyablement belle et si…
-Si salope ! je suis contente de faire la salope pour toi !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Discussions
Voir tout les commentaires...
6969gala
6969gala
1 année il y a

Alice, si belle, si sensuelle, et si salope.
Mon pi est aussi dur que tous ces soumis présent.
Et ma tétine est mouillée. Que j’aimerais la frotter sur votre rondelle.
Un spectacle incroyable, une salope qui se révèle devant tous.
Laissera-t’elle la pute s’exprimer aussi.
Caroline et Michelle doivent être tellement fière de vous.

Attiré au début par Michelle, documenté de photos de votre Porcinette sur le site de Carauline,
la description de vos charmes, de vos tétines, de votre croupe, de cette rondelle bien exposée et de votre fente bien mouillée,
mon imagination s’emballe et je n’ai que le désir de voir des photos de vous.
Si excitante, attirante et libre de lubricité, de désirs et de perversité, vous êtes belle Alice.

Alice
Alice
Réponse à   6969gala
1 année il y a

Bonjour Gaëtan,
Vos deux derniers messages demandent des réponses précise, qui amèneront certainement d’autres questions. Je vous répondrai donc assez longuement sur le livre d’or.
Oui, Caroline et Michelle sont fier de moi, tout comme moi d’ailleurs.
Pour les photos, n’y contez pas…
Je comprends vos envies me concernant, et je les trouves parfaitement légitimes ayant bien conscience que ce que je raconte, ce que je dessine, émoustille pour le moins, ceux qui fréquentent mon site. Notre idée étant de faire quelque chose de différent, le plus authentique possible, à l’opposé du magma de la pornographie du web.
Ajouter à cela que je ne suis pas du tout exhibition….
Je ne regrette pas ce choix car il me permet de me dévoiler comme je serais incapable de le faire autrement. Celles et ceux de notre cercle admettent que pour ce qui concerne Michelle, le contenu ici est beaucoup plus représentatif que sur Xhams.
Cependant, par honnêteté, deux photos vont s’ajouter à celle de Michelle dans l’introduction du livre d’or. Une de Caroline et une de…moi. Je ne sais pas encore ce que je dévoilerai, et cela me fait une peu peur, mais j’essaie d’assumer.
Je vous remercie du beau compliment qui clôture votre message qui a tendance a m e faire rougir.
Alice

janus595
janus595
1 année il y a

Un rapide commentaire, mais il faudra relire, et relire encore.
c’est torride, très torride, avec une progression remarquable.
Cela ne laisse aucunement indifférent.
J’apprécie la complexité du personnage, de la personne, sa dualité. Ainsi que sa prédilection pour la petite porte de derrière.

Alice
Alice
Réponse à   janus595
1 année il y a

Merci!