La salope et la pute

Chapitre 1
Timothy et Bob


Prologue

Depuis ce jour d’été où, gentiment poussée par Caroline, je me suis autorisée à vivre sans limite mes désirs coquins, je me suis souvent demandé si ce n’était pour moi qu’un caprice passager, ou si c’était une véritable libération. Et puis il y a eu ce week end complètement fou, ou je me suis abandonnée et offerte sans limite, laissant de côté Alice, celle du salon de thé, pour n’être qu’Alice la salope, celle qui qui aime faire la pute, quand elle le décide.
Depuis ce week-end, tous les qualificatif m’ont été adressé, et j’en suis comblée. J’ai dit je ne sais combien de fois « merci »après que l’on m’ait dit que j’étais une adorable salope, une suceuse experte, ou une vide couille douée… Je croyais que mon côté pute devait être réservé à mes deux amours, Caroline et Michelle, il l’était jusqu’à ce que je découvre, moi qui croyais être pudique et non publique, que j’aime être totalement impudique en publique !
Ce n’est pas marqué sur mon visage, mais Caroline comme Michelle savent à quel point il est facile d’allumer le feux de mon ventre et si difficile de l’éteindre.
Le plus troublant, le plus excitant, oh combien, est que me l’on dise que je suis une merveilleuse pute pour les jeunes soumis timide. Il y en a deux particulièrement, Timothy et Bob avec qui je m’applique tout particulièrement. Leurs Maîtresses qui les font souvent jouer ensemble se sont mise de connivence pour, de temps en temps, les amener à la maison. J’avoue que c’est de plus en plus souvent et que j’attend toujours leur visite, impatiemment ! Me livrer à de jeunes hommes sans experience, pour leur montrer comment ils doivent s’y prendre pours profiter d’une salope me comble d’excitation !
La condition est qu’ils soient doux, entièrement empilés et vicieux.
Pour ces occasions, généralement, j’enfile une chemise, une mini-jupe, pas de culotte mais mon plug- queue qui tient ma jupe relevé sur mes fesses. .
Je suis en mode pute, et avec eux, j’adore ça !
Leurs compagnes ont pris soin de les mettre nus avant qu’ils ne franchissent la porte. Je prend mon temps pour m’occuper d’eux. Dans leurs bras, leurs mains partout sur moi, ils apprennent à jouer avec moi, à me peloter comme il faut, les bonnes manières, quand on a la chance d’avoir une petite chienne à disposition.

Initiation

-Ne soyez pas timide, je ne suis pas une femme ordinaire, jouez avec moi comme vous le feriez avec votre animal de compagnie. Je suis une petite chienne qui aime les caresses!
Ils s’excitent en frottant leurs queues contre mon ventre ou mes fesses, et s’ils bandent dur, ils ne savent pas par ou commencer…
-Je vais vous dire comment vous y prendre.

Quand vous venez me voir, il faut d’abord me regarder, sous toutes les coutures, relever ma jupe, ouvrir ma chemise pour faire sortir mes seins, et m’examiner en détail. Ensuite, vous me déshabillez et vous me faites marcher à quatre pattes avec vos commentaires, j’aime les compliments !
0
Dans ces moment, je suis toujours partagée entre Être nue, où habillée pour le plaisir d'être déshabillée....x


-Tu es belle Alice !
Comment leur faire comprendre que ce n’est pas ce genre de compliment que j’attends ?
-Timothy, palpe mes fesses, et dis moi comment tu les trouves. Tu dois me peloter comme si j’étais une marchandise que tu convoite, et si il te plaît, tu me flatte de quelques tapes sur la croupe, tu fouille mes trous.. .
Du coup, au fil des séances, les deux jeunes garçons se sont lâchés.
-Oui, oui, ton cul est drôlement ferme et tout rose en plus, tu veux bien ouvrir tes fesses que
j’enlève ton plug pour regarder ton trou ? dis donc il est drôlement ouvert… tu t’es faites enculée ?
-Non, pas encore, mais vous allez le faire, tout les deux, après vous vous viderez dans ma bouche.
-Et sa chatte, tu as vu sa chatte… toute juteuse !
-Rien à dire, tu es une bonne pute Alice !
C’est pas trop tôt !

Living sextoy

Je grimpe sur la table, me met sur le dos, cuisses relevées pour les voir, et il se relaye pour m’enculer. Leurs bites ne sont pas très grosses, mais il prennent le soin de la retirer chaque fois pour m’offrir le plaisir de mon oeillet forcé avec la sensation unique et répété de leurs bites qui envahissent mon ventre.
Je leur demande de se retenir, ils le font. Après un quart d’heure de bonheur, je les dispose debout, l’un à côté de l’autre, me met à genoux, et commence à les sucer. Quand ils sont prêt, j’exige qu’ils jutent dans mes main. Ils sont généreux les coquins ! Je verse le sperme sur leur queue…
-Frotter vos bites l’une contre l’autre, chacun branle celle de l’autre contre la sienne avec le jus.
Je les regarde faire un court moment, mais ne résiste pas longtemps.
C’est comme ça que j’aime sucer, et pour sucer, je suce, lèche, tête, recueillant la moindre goûte de sperme, nettoie leurs couilles, frotte mon visage pour le salir, puis je leur demande de se retourner et de m’offrir leurs culs. C’est leurs trous qui m’intéresse, je les encule du bout de ma langue et lèche, lèche, lèche…
Depuis quelque semaines, c’est ainsi que j’honore leur visite, et ils me le rendent bien.
L’heure qui suit m’est consacrée.
-Viens Alice, on va te faire jouir…
Là, je suis au paradis, chaque fois le même scénario. Ils s’assoient sur le canapé et moi, je m’allonge sur leur cuisse, la première mi-temps, sur le ventre, une queue contre mon ventre, l’autre contre mes lèvre… ils ont bien compris qu’il doivent faire ce qu’il faut pour m’humilier devant leurs compagnes, Caroline et surtout devant Michelle, car je n’ai de cesses de montrer à mon esclave qu’elle salope je veux être. Je veux qu’on me regarde…
-Écarte mieux les cuisses, et ouvre ton trou, tire sur les fesses…

Pendant que je me délecte de la bite que je ne cesses de téter, le nez plongée dans les couilles de Timothy, Bob enfile ses doigts dans mon cul et me dilate en douceur. Il a l’habitude maintenant, plus besoins de le guider pour que ce soit agréable, et non le contraire. Ils se montrent l’un et l’autre bons élèves.
0
Je suis gourmande du pur plaisir, la douceur est de mise, même pour le fouet où la baguette, pour moi, comme pour Michelle. J'ai plein de chose à expliquer à ce sujet ! x


-C’est bon Alice, aussi bon que la queue des chiens ? regardez moi cette salope… tu es trempée Alice… bonne pute, bonne pute !
Bob clôture son discours d’une série de claque sonore et cuisante, et s’adresse à Michelle.
-C’est dingue que ta maîtresse aime se faire enculer au point de mouiller à ce point !
-Oui, oui, baise moi le cul, s’il te plaît…
-Tient Bob, gode là avec ça, tu sais, il lui faut du gros, mais graisse la bien avec sa mouille…
C’est la voix de Caroline…
-Regarde avec quoi je vais t’enculer Alice, c’est aussi gros qu’une bite de cheval!
-Humm… vas y…
Il force à peine et me voilà comblée…
Bob et Timothy connaisse maintenant tout les secrets qui jusqu’alors étaient réservés à Michelle, Caroline, Sophie, Jack et quelque rares amies, mes petits plaisirs qui me rendent dingue, comme la baguette. Elle est fine, cuisante et laisse de jolie trace sur ma croupe. Caroline et Michelle sont les seuls à être autorisés à en jouer…

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Discussions
Voir tout les commentaires...
6969gala
6969gala
11 mois il y a

Quel merveilleux dessin. Magnifique, explicite, très érotique et bandant.
Et les inscriptions sur le corps d’Alice ne sont que pour l’illustration? Ou si elles sont réelles?

Et quel récit, quelle franchise, quel abandon à la lubricité et la perversité.
Et Alice embrasse pleinement ses désirs, ses pulsions.
Elle est la Maîtresse de Michelle et en même temps aussi chienne et salope que son esclave, sinon plus.

Et une phrase résume parfaitement cette symbiose entre Alice et Michelle:
 »-Je comprends encore mieux ce qui vous lie l’un et l’autre, cette bienveillance que tu as pour Michelle, vous êtes si ressemblant dans vos désirs ! Qui mieux que toi peut être la maîtresse de Michelle ? »

C’est ce que je sentais depuis un certain temps, au fur et à mesure de vos récits de laisser-aller total à vos pulsions Alice.
Aussi salope, truie, pute, que votre esclave, de plus en plus esclave de vos pulsions tout en gardant un certain contrôle.

Vous êtes la jumelle de Michelle, tout en étant sa Maîtresse.

Merci pour ce récit incroyable qui m’a fait bander et fantasmer d’une façon incroyable jusqu’à envier le sort de Timothy et Bob, lol.
Merci et j’espère que certains mots ne sont pas offensant pour vous. Ils sont dit en tout respect et grande admiration pour la femme que vous êtes.

Gardez-vous bien tous Alice, Caroline, Michelle et toute la petite famille élargie de vos ami(e)s.

Alice
Alice
11 mois il y a

Bonsoir,
Merci pour vos compléments.
Pour être tout à fait franche, comme vous l’avez compris, j’ai décider d’assumer pleinement ma nature « particulière » . Oui, les inscriptions sont désormais présentes sur moi, mais cela varie en fonction de Caroline puisque c’est elle qui me « marque » . Très souvent je devine ce qui est écrit aux reflexion alentour.
Vos mots sont tout à fait appropriés, j’assume, et si j’accepte d’être d’être, comment dire « tripotée » uniquement quand je le décide , Il est bien normal d’être qualifiée comme vous le faites, sans qu’on en ne m’en demande l’autorisation.
Ne soyez donc pas gêné pour ça 😉

nada
nada
7 mois il y a

Le bonheur est dans la disparition des convenances. Il faut admettre cette partie de nous que la société dit sombre et qui en fait est la lumière de nos vies. Vous êtes merveilleuse et j’envie tous ceux qui ont la chance de pouvoir Vous approcher.